Bienvenue sur notre site web

Bienvenue sur notre site web - Adamas

Nono - Patrick Rondat - Jean-Claude Rapin

John Renbourn - Wizz Jones

Vitaly Makukin - Michel Haumont - Huang Chia-Wei 

 

La 15 édition du festival de guitare se veut internationale, mélangeant les styles et les nationalités avec des rencontres exceptionnelles  – En ouverture, trois des meilleurs guitaristes de Rock en France qui se produiront ensemble sur scène – Nono, Rondat, Rapin, à la Black Box du CAL Bon Voyage) – suivit du légendaire John Renbourn en duo avec Wizz Jones – et enfin la rencontre internationale de trois guitaristes acoustiques, Michel Haumont, Vitaly Makukin et Huang Chia-Wei, l’Ukraine et la Chine représentées pour la première fois. Retour à l’Espace magnan pour la partie acoustique du festival.

 

Renseignements : 06 17 69 33 89  - Tarifs : 16 Euros

 

 

Billetterie : Espace Magnan, Fnac, Carrefour, Géant, Système U, Intermarché www.fnac.comwww.carrefour.frwww.francebillet.com - Auchan – E. Leclerc - Galfa (Cap 3000) - www.ticketnet.fr - www.digitick.com - www.lecridelamarmotte.com - Hit Import– sur place dés 16 h

 

Facebook : festival de guitare de Nice

 

Adamas présente

15ème FESTIVAL DE GUITARE

NICE – du 23 au 25 Octobre 2014 – 21 H

Black Box (Cal Bon Voyage) et Espace Magnan

 

 


Patrick Rondat

Nono

Jean-Claude Rapin

John Renbourn

Wizz Jones

Michel Haumont

Vitaly Makukin

Huang Chia-Wei

 

La 15 édition du festival de guitare se veut internationale, mélangeant les styles et les nationalités avec des rencontres exceptionnelles  – En ouverture, trois des meilleurs guitaristes de Rock en France qui se produiront ensemble sur scène – Nono, Rondat, Rapin, à la Lack Box du CAL Bon Voyage) – suivit du légendaire John Renbourn en duo avec Wizz Jones – et enfin la rencontre internationale de trois guitaristes acoustiques, Michel Haumont, Vitaly Makukin et Huang Chia-Wei, l’Ukraine et la Chine représentées pour la première fois. Retour à l’Espace magnan pour la partie acoustique du festival.

       

Jeudi 23 octobre  21 h - Black Box (Cal Bon Voyage)

Guitare Rock

Patrick Rondat (France)

Nono (France)

Jean-Claude Rapin (France)

        

Vendredi 24 octobre  21 h - Espace Magnan

Guitare Folk-Blues

John Renbourn (U.K.)

Wizz Jones (U.K.)

        

 

Samedi 25 octobre  21 h - Espace Magnan

Guitare Accoustique

Vitaly Makukin (Ukraine)

Michel Haumont (France)

Huang Chia-Wei (Chine)

 

  

 

 

Dossier de Presse

 

 

Jeudi 23 octobre  21 h – Black Box (CAL Bon Voyage)

Guitare Rock

  

Patrick Rondat , Nono et Jean-Claude Rapin ensemble sur scéne

 

Patrick Rondat

Difficile de résumer la carrière de Patrick Rondat  tant  elle est  riche en rencontres musicales. Issu de la scène métal des années 80, il s’illustre tout  particulièrement  dans le métal instrumental.

Il participe à la compilation « Hard Rock rendez-vous »(vogue 1989) qui  le fait connaitre du  public; commence  alors une tournée française avec Blue Oyster Cult , puis la sortie de son premier  album  solo  « Just For Fun »  qui confirme sa place de chef  de file du métal  instrumental  .

Il amorce un tournant  avec « Rape of the Earth » (vogue/ music for nation 1991 ses deux premiers album  distribués internationalement   et il participe au  fameux  show live  Radio 1-BBC Londres) dans lequel la technique   toujours présente mais sert  des compositions plus matures et abouties où la musicalité  occupe une place capitale. Parallèlement à sa carrière solo,  Patrick  travaille avec  d’autres artistes. La rencontre  avec Jean-Michel   Jarre  en 1991 lui  ouvre d’autres horizons musicaux. Après sa participation aux monsters of rock (ac/dc , Métallica , queensryche, etc..) il  commence  à travailler avec Jean-Michel  en enregistrant  l’album  « chronologie »  et le conduit à participer à une  série impressionnante de concerts  à travers le monde  dont  celui  à  Wembley  en 1993 qui  restera dans sa mémoire.

Cette rencontre va aussi aboutir à l’enregistrement  d’ « Amphibia » (FDM 1996)  produit  par Jean-Michel, il est accompagné de Tommy  Aldridge et  patrice Guers. Cet album  poursuit  le changement  musical présent dans «  Rape of the Earth » où les compositions  d’influences progressives  sont  affirmées. Une adaptation du  presto  de Vivaldi fera  date (Vivaldi tribute).

D’autres artistes croisent  le chemin de Patrick à diverses occasions, Tony Mac alpine, Simon Philipps, Steve Lukather, Stu Hamm. (Cannes musique passion) et Gary Moore(BBM) dont il assure la première  partie au  Zénith de Paris   sans oublier    l’invitation de Joe Satriani  à  participer à la tournée G3 1998 avec Michael  Shenker, pour  14 concerts inoubliables.

En 1999 sort « On the Edge »(FDM)  album de transition où Patrick  explore d’autres univers musicaux .Aux côtés de Patrice Guers et  Tommy Aldridge, sont  invités  deux invités prestigieux Didier Lockwood et  Michel  Petrucciani.

Pendant  cette période il entame   une collaboration avec le chanteur  anglais Ian Parry, en participant  au consortium project. Il enregistre deux albums puis  participe à la tournée européenne en compagnie de Patrice Guers ( qui rejoindra Rhapsody  quelques année plus tard) Dirk Bruinenberg  (batteur  d’Elegy  et qui deviendra à partir de ce moment  le batteur attitré  de Patrick )..  Stefan  Lill et Gunter Verno  (Vanden plas).

Après cette  expérience positive,  Patrick rejoint le groupe hollandais « Elegy » pour  deux albums suivi d’une tournée  à travers le monde s’en suivront.

 Jean-Michel  Jarre l’invite sur de nouveaux concerts :  Monaco  Gdansk , pékin ; Athènes , il est alors temps  pour  Patrick de préparer son nouvel opus solo  « an Ephemeral  world » ( 2004 NTS) album  concept  évoquant notre culture de l’éphémère. Considéré  par  beaucoup  comme son album le plus abouti, il confirme ses qualités de compositeur et  d’instrumentiste hors pair.

S’enchaine alors une tournée hexagonale avec le groupe Freak Kitchen, ; l’arrivée de Manu  Martin aux claviers consolide l’esprit de groupe .

De la rencontre avec le pianiste classique hervé N’Kaoua  nait en 2008 une collaboration d’un autre type qui exige  rigueur et humilité. En mélangeant  des univers souvent  opposés. Ce duo  aux cultures souvent  opposées , offre un nouvel éclairage  sur des sonates pour  piano et violon(Faure Beethoven) mais aussi des pièces pour  orchestre (l’Hiver de A Vivaldi)  l’enregistrement de cet  album est  suivi de concerts en France et  en Italie.

En 2009, XIII bis records sort  un coffret  5 CD retraçant  sa carrière  (Just for  fun, Rape of the Earth, An ephemeral  world, Hervé N’Kaoua –Patrick Rondat , (Live inédit  canal 93 -2005)

Depuis plus de vingt ans, Patrick se consacre aussi à l’enseignement qu’il considère essentiel pour  transmettre et  partager son héritage musical. Ainsi  Il anime stages, master classes  en France et  à l’étranger.

Patrick travaille  actuellement  sur  un nouvel  album  avec les musiciens qui l’accompagnent depuis plusieurs années, patrice Guers / basse, dirk  Bruinenberg/batterie, manu  Martin /claviers.

 

Nono

Norbert « Nono » KRIEF, tout petit déjà, se déhanche et s'agite à l'écoute des premiers disques des BEATLES, ROLLING STONES, TEN YEARS AFTER, etc… que son grand frère JC Krief découvre ; il lui enseignera les bases de la guitare. C'est l'époque des cheveux longs et de la contestation.  

En 1977, il crée avec Bernie BONVOISIN, le groupe TRUST, qui atteint rapidement le succès, notamment avec la chanson : ANTISOCIAL. Entre 1980 et 1986, ils vendent plus de 9 millions d'albums, et des tournées marathon en France et en Europe. Le groupe TRUST s'impose auprès des jeunes dans les années 80.

Entre les dissolutions et les reformations de TRUST, Norbert KRIEF devient de 1986 à 1994, le guitariste attitré de Johnny HALLYDAY.

Après les concerts historiques, du Parc des Princes , Bercy et autres, NONO, quittera Johnny, pour sortir en 1995, un album Pop-Rock : TOUCH « Marche avec moi », produit par RUPERT HINE pour EMI records ; il a également participé à de très nombreux albums, pour différents artistes, notamment Jean Jacques Goldman, Florent Pagny, etc... et figure à ce jour sur plus d'une centaine d'albums ; il a aussi commercialisé en 1994 une méthode vidéo pour les guitaristes: Master Class avec Nono.

Il est le seul guitariste français à avoir 2 guitares de marque légendaire dédicacées à son nom ; en 2002, une FENDER Stratocaster, la « Nonocaster », et en 2009 (125 ème anniversaire de la marque), une GRETSCH, la « Nono Corvette G 5135 N ».

NONO, vient de finaliser plusieurs projets : la bande son du DVD d'Alain ROBERT (L'homme araignée) avec STEVE SHEHAN, Le NONO FRIENDSHIP BLUES avec Greg ZLAP. Son premier album solo est sorti sous le nom de : « Norbert Nono KRIEF » en juin 2011. Il prépare actuellement le deuxième album solo du NNK Group, sortie prévue en 2013 et peaufine un album solo Instrumental... Cette activité n'empêche pas Norbert de collaborer à d'autres projets. Ainsi Norbert a joué sur la totalité du prochain double album de Fred Blondin « Tiroir Songs », il a enregistré les parties guitares sur plusieurs titres du prochain album de son fils David Krief et finalise l'album de Myriam d'Arville où il a fait toutes les parties guitares et il a joué sur un titre du prochain album de Tak Farinas. Norbert a également fait les parties guitares sur 2 titres du prochain album d'Arielle Dombasle réalisé par Eric Levy et a participé à l'album "Luminescenza" du groupe Franco Italien "Migaso & I Briganti"

Pour en savoir davantage :

www.myspace.com/norbertkrief
www.facebook.com/nkrief

www.nonokrief.com

 

Jean-Claude Rapin

Spécialiste de la pédagogie Jean-Claude Rapin est aussi musicien professionnel depuis plus de 37 ans. Du studio d’enregistrement à la scène “ Live “ son parcours guitaristique lui à permis de jouer avec Joey Tafolla, Marty Friedman(Megadeth), Franck Gambale(Chick Coréa) , Larry Garner, Denis Chambers (Santana), Alain Caron( Uzeb), Paco Sery et bien d’autres… 

Démonstrateur national des guitares Fender pendant 20ans il est aujourd’hui consultant et Artiste pour la marque. Il enseigne également au Music Academy international de Nancy   ou il est responsable du secteur  professionnel guitare.

Sa participation active depuis le premier numéro (1989) à  Guitarist Magazine en tant que journaliste et rédacteur en chef de Hors-Serie pédagogique font de lui un pilier de la presse spécialisée. Son nom est étroitement lié aux divers festivals qui éclaire tout au long de l’année le calendrier rock et blues(Cannes festival Musique Passion,Vittel, festival de la côte d’Opale, Patrimonio, Jazz en Savoie, St Laurent du Var …)

Sur scène avec Mauro Serri,(guitariste de Bill Deraime et Eddy Mitchell) ils auront une formation commune visitant le blues et le rock Un passage en duo à l’Olympia dans la soirée en hommage à Marcel Dadi (avec P.Bruel, D.Lockwood, Larry Corryel) et de nombreux concerts…festival avec Paul Personne, Calvin Russel ,Thom Bresh, Van Wilks.

Nombreuses tournée pour Fender ; tournée fender Custom Shop (tour de France), tournée Road-House et les incontournables Salons de la Musique.

La participation de J.C Rapin à des c,d d’artistes divers : Alain Manaranche (artiste Polydor), A.Gozzo (avec Stuart Hamm,bassiste de Joe Satriani, des enregistrements en compagnie de patrick Rondat etc.

J.C Rapin évolue également dans les institutions Culturelles avec des résidences d’artiste et des créations 

Depuis plus de 17 années dans toutes la France des master-classes associés a des concerts font partie du quotidien d’un parcours ou les nombreuses rencontres guitaristiques on amenées échanges et participation aux différentes manifestations autour de la thématique guitare . »

Sa participation aux “leçons de guitare “ pour Guitarist Magazine lui à permis d’être instruments en main avec Jimmy Page, john mc Lauglin , ingwie Malmsteen, john Scofield, shawn Lane,Santana , Slash , steve Lukather ,nuno Bettancourt , paul Gilbert ,robben Ford , jim Hall ,Jenifer Batten …

Actuellement aux côtés de Patrick Verbeke avec un duo ou guitare électrique et acoustique se mélange, la sortie d’un album Solo est en phase de finalisation en production avec le studio du Palais des congrès de Paris .

En plus de ses 2 vidéos et d’une méthode «  solo Rock » Il est à souligner la récente sortie d’un ouvrage « Rock «  aux éditions Lemoine (janvier 2006 ) et de la préparation d’un D.V.D en cours de tournage en collaboration avec des spécialistes de l’univers Cinématographique .

 

  

Vendredi 24 octobre  21 h - Espace Magnan

Guitare Folk-Blues

  

John Renbourn

John Renbourn est un guitariste picking anglais né le 8 août 1944 à Marylebone (nord de Londres, Angleterre). Il a joué avec beaucoup d'autres musiciens tels que Stefan Grossman ou Marcel Dadi. Guitariste, auteur-compositeur britannique, John Renbourn est mieux connu du public britannique pour ses collaborations avec le guitariste Bert Jansch, ainsi que pour son travail au sein du groupe folk Pentangle, mais a toujours mené une carrière solo avant, pendant et après l'activité du groupe (1967-1973). À ce titre, il est considéré comme l'un des principaux inventeurs du folk baroque, ou blues baroque, mouvement musical éphémère des années soixante qui, à la suite de Davey Graham, tenta de complexifier des structures mélodiques et rythmiques issues du folk-blues américain en leur adjoignant des harmonies et des contrepoints issus de l'héritage classique européen.

John Renbourn a étudié la guitare classique à l'école, et c'est pendant cette période qu'il a fait la connaissance de la Musique Primitive. Dans les années 1950, il fut grandement inspiré par l'originalité décalée du Skiffle et ce fut pour lui l'occasion d'explorer le travail d'artistes tels que Leadbelly, Josh White et Big Bill Broonzy.

 

Au début des années soixante, la mode populaire était au Rhythm and Blues, dont se réclamaient des groupes tels que les Rolling stones. Cette émergence de la musique noire américaine au Royaume-Uni tient beaucoup à l'influence de guitaristes acoustiques tels que Davey Graham. En 1961, Renbourn a ainsi tourné dans le Sud-Ouest des États-Unis avec Mac MacLeod, tour de chant répété en 1963. Pendant ses études au Kingston College of Art de Londres, Renbourn fit brièvement partie d'un groupe de Rhythm and Blues. Alors que naissait le British 'Folk Revival', la plupart des clubs folk de Londres se tournèrent vers la musique traditionnelle, et les chansons folk accompagnées à la guitare n'étaient souvent pas les bienvenues... Seule the Roundhouse fit preuve de plus de tolérance, et John Renbourn rejoignit la chanteuse Blues et Gospel Dorris Henderson, en tant qu'accompagnateur à la guitare. De leur collaboration naquirent deux albums. Sans doute son apparition la plus célèbre sur la scène folk contemporaine des années 1960 eut-elle lieu chez "Les Cousins" dans la Greek Street de Soho à Londres, devenu le point de rencontre des guitaristes et singers-songwriters (auteur-compositeur, souvent interprètes) de l'époque, en Angleterre et en Amérique.

 

Vers 1963 Renbourn fit équipe avec le guitariste Bert Jansch qui, venu d'Édimbourg, découvrait Londres ; ensemble ils créèrent un duo au style particulièrement original qui fut l'acte de naissance du folk baroque, et leur premier album, Bert and John (1966), tient de l'expérimentation : « Nous avions tenté de développer notre pensée [dans cet album], mais ce fut en grande partie une jam), se souvient Bert Jansch »[1] John Renbourn a sorti plusieurs albums sur le label Transatlantic dans les années 1960. Dans les deux premiers, "John Renbourn" et "Another monday", il déploie l'idée d'un blues-folk où la guitare, intégralement soliste, oppose des contrepoints syncopées sur des harmonies complexes. Les deux suivants, "Sir John Alot" et "Lady And The Unicorn", marquent un tournant dans son style. Tout en conservant un certain "swing" issu du blues, il y incorpore des compositions fortement marquées par la musique pour luth de l'époque élizabéthaine, voire par la polyphonie médiévale. Certaines de ces compositions intègrent d'autres instrumentistes, dont le flûtiste et multi-instrumentiste Tony Roberts et le percussionniste Terry Cox.

C'est à peu près à cette époque qu'il rencontre Jacqui McShee, chanteuse de chansons anglaises traditionnelles. Rejoints par Bert Jansch, le contrebassiste Danny Thompson et le batteur Terry Cox, ils forment Pentangle. Le groupe connut un très grand succès, sillonnant l'Amérique en 1968, du Carnegie Hall au Newport Folk Festival.

Parallèlement, John Renbourn a continué à enregistrer des albums solo dans les années 1970 et 1980. Deux d'entre eux, Faro Annie et The Lost Tapes - un album enregistré en 1972 mais qui, à la suite de la mystérieuse disparition des bandes qui donne son titre définitif à l'album, n'est publié qu'en 2004 -, poursuivent la veine anglo-américaine de la chanson folk.

Avec The Hermit (1976) s'ouvre une nouvelle époque dans la trajectoire musicale de John Renbourn. Il s'affirme dorénavant comme essentiellement instrumentiste, arrangeur et compositeur, et ne chante plus qu'exceptionnellement. Il utilise les possibilités offertes par la scordatura pour approfondir encore sa recherche instrumentale ; les airs traditionnels, anglais, irlandais ou écossais qu'il arrange deviennent prétextes à des sophistications et à des développements d'une grande virtuosité. "The Black Balloon" (1979) et "The Nine Maidens" (1986) poursuivent cette veine tandis que, parallèlement, se fonde le John Renbourn Group, autour de John Renbourn, Tony Roberts et Jacqui Mc Shee, une petite formation qui donnera naissance à deux albums où le chant, porté par Jacqui Mc Shee, retrouve une place importante. Dans le même temps, à la suite d'un hasard de programmation, John Renbourn se voit collaborer avec le guitariste américain Stefan Grossman, et trois albums naissent de cette rencontre inattendue.

Au milieu de la décennie 1980, Renbourn est retourné à l'université pour passer l'équivalent d'un master de composition classique, et depuis lors il se concentre sur la composition de musique de cinéma, tout en continuant à donner des concerts de guitare. Renbourn continue à enregistrer et se produire sur scène. En 2005 il a fait une tournée au Japon (sa cinquième dans le pays) en compagnie de Tokio Uchida et Woody Mann. En 2006, il s'est produit quelques fois en Angleterre, ainsi qu'en compagnie de Robin Williamson et Jacqui McShee. La même année, il a travaillé à un nouvel album solo et collaboré avec Clive Carroll pour la bande originale du film Driving Lessons, réalisé par Jeremy Brock. John Renbourn fit partie des chanteurs invités à se représenter lors du 65e anniversaire de Derroll Adams, fêté à Courtrai[]

Dans les premiers enregistrements de Renbourn, celui-ci utilisait une guitar Scarth. Les Scarths étaient des guitares fabriquées en Angleterre caractérisées par une constitution en érable: cordiers et sommets arqués(comme pour la plupart des guitares jazz) mais pourvue d'une ouïe arrondie ; la guitare en question est visible sur la pochette de l'album John Renbourn sorti en 1965.

Au milieu des années 1960, il fait l'acquisition d'une Gibson J-50. C'est la guitare acoustique qu'il utilisera le plus jusque dans la première moitié des années 1970 : on peut le voir en jouer sur la pochette de l'album Another Monday de 1966. Tout au long de cette période, il a également joué sur une Gibson ES-335 "dot", guitare semi-acoustique.

Au milieu des années 1970, Renbourn fait l'acquisition d'une Guild D-55 rouge, qu'il emploiera sur plusieurs albums, et notamment lors de ces collaborations avec Stefan Grossman. Vers la fin de la même décennie, il voit la guitare Franklin de Grossman, et commence à utiliser une guitare Franklin OM, se basant sur le style des guitares Martin OM, fabriquées par Nick Kukich, fondateur de la Franklin guitar company. Renbourn a continué avec la même guitare et autres instruments de style OM, ceux que fabriquait Ralph Bown en 1985.

 

Wizz Jones

Wizz commence sa carrière à 18 ans en 1957 avec le groupe The Wanglers, inspiré de Big Bill Broonzy, Rambling Jack Elliot et Muddy Waters. Après avoir travaillé avec Long John Baldry et Davy Graham, de retour en Angleterre dans les années 60, il forme un groupe de music country avec Pete Stanley au Bandjo. De retour vers sa carrière solo en 1967, il collaborera toutefois à plusieurs projet avec Alan Tunbridge, Peter Berryman, Eric Clapton, John Renbourn, Ralph McTell, Bert Jansch ou Martin Carthy, et poursuit une carrière « Folk-Blues » unique en son genre. Depuis plus d’un an, il tourne régulièrement avec John Renbourn.

Un duo qui se produira pour la première fois en France le 24 Octobre.

       

Samedi 25 octobre  21 h - Espace Magnan

Guitare Accoustique

 

Vitaly Makukin

Vitaly Makukin est né en Ukraine en 1975. C’est à 4 ans qu’il commence sa carrière de musicien, jouant du piano. Sa première guitare lui est offerte pour ses 10 ans. A 24 ans il découvre le tapping. Cette technique de jeu, popularisée par Stanley Jordan, devient sienne et sa maîtrise en est impressionnante. Celle-ci, mêlée à ses différentes influences, ouvre une ère nouvelle au jeu de la guitare. Grâce à ses longues études musicales, ses compositions inspirées des styles d’Europe centrale, Classique et Jazz, sont très structurées et mélodieuses.

Le répertoire de Vitaly est très large soit Jazz, folk, grands standards internationaux, sans oublier ses nombreuses compositions. Sa parfaite maîtrise de toutes les techniques guitaristiques, Picking, Slaping, Médiator ou Tapping, percussion, sont un autre apport enrichissant ses concerts.

Vitaly débute actuellement sa carrière internationale de concertiste. Après une première approche sur guitare électrique, il a choisi le son plus naturel et doux des guitares électro acoustiques avec grand succès.

www.vitalymakukin.com

 

Michel Haumont

Michel Haumont enregistre à 17 ans son premier disque. Nous sommes en 1974, en pleine effervescence du courant folk. Les quatre albums qui suivront, jusqu’en1983, révéleront au public un talent singulier de guitariste acoustique, nourri de country nord américaine (Chet Atkins, Merle Travis, Doc Watson…) et de balades britanniques (John Renbourn, Bert Jansch, Ralph Mac Tell…). Une voie qu’avait commencé à défricher et à populariser dans l’Hexagone le guitariste français Marcel Dadi, dont Michel était très proche et qui influença largement le jeune instrumentiste. 

Du bout des doigts

Avide de sons nouveaux, en quête de virtuosité, Michel voyage. Il s’installe à Londres un an, se rapproche de Ralph Mac Tell, publie sa première méthode de guitare, revient en France pour l’Olympia, avec John Renbourn et Planxty… Il multiplie les compositions, diversifie ses créations, accompagne un grand nombre d’artistes de la scène française. Il est rapidement reconnu dans son pays comme l’un des guitaristes acoustiques les plus agiles de leurs doigts. De nombreuses tournées dans le monde entier lui permettent d’acquérir une réputation internationale. Ces influences multiples faites de rencontres et de partages musicaux trouvent dans l’album Hall Of Fame, réalisé par l’harmoniciste Jean Jacques Milteau en 1997, leur illustration la plus directe et la plus riche.   Il témoigne d’une époque et rend un hommage brillant et dépouillé aux grands maîtres du fingerpicking. Quelques années plus tôt Septembre, sorti en 1993, avait posé les bases mélodiques intimistes d’un compositeur sensible et inspiré.

Pure épure

Cette recherche d’épurement est, pour Michel Haumont, une «marque de fa brique». Pour lui,«il faut chercher un geste naturel, comme ces calligraphes chinois qui, à mesure qu’ils avancent dans leur art, recherchent le dépouillement…Cet idéal, je le recherche dans le toucher d’une guitare acoustique… Avec le minimum, il ne reste que l’essentiel.»

Guitares en partage

Au fil de ses innombrables tournées en France et dans le monde, avec son infinie curiosité de la corde sensible, rencontres et dialogues se multiplient, dans la vie et sur les scènes, en concert et sur les pistes. C’est ainsi que prend corps, en 2000, un nouvel événement, «Autour de la guitare», avec la complicité 

et le talent de l’illustrateur Thierry Lamouche. C’est à l’origine un livre disque consacré à l’instrument roi des musiques populaires.

Il accueille des chanteurs et des compositeurs amoureux de la guitare et reconnus par le public. Le concept sera décliné ensuite sur scène autour du guitariste Jean Félix Lalanne (avec qui Michel enregistre en 2007 l’album «live Ensemble). Ces concerts rencontrent un réel succès, dépassant le cercle habituel des aficionados de l’instrument. Il fédère autour de lui une grande diversité d’approches et de savoir faire.

Intimités En 2001 s’engage une collaboration durable avec Maxime Le Forestier, que Michel Haumont accompagne pour la tournée «Plutôt guitare», et pour lequel il sera aussi amené à composer. En solo, Michel publie, en 2004, un album remarqué, Ma Guitare, une série de pièces intimistes où l’artiste se livre totalement, développe des inspirations de plus en plus personnelles et démontre, dans une grande variété de nuances, comment la virtuosité technique doit se mettre au service de l’émotion. L’anecdote y façonne l’œuvre d’art. Images de marques La réputation de l’artiste n’est plus à faire… Cette reconnaissance mondiale a conduit deux importants fabricants de guitare à lui demander d’élaborer des modèles «Signature». Ce fut d’abord Takamine, pour une guitare lancée en 2002 répondant entièrement aux exigences du musicien, valorisant la texture très particulière de ses compositions. Le fabricant Lag a souhaité lui aussi faire signer à Michel une guitare unique. Il s’agit d’une baryton, un instrument rare et précieux à la sonorité inouïe, et dont la conception est le fruit d’une étroite collaboration entre Michel et le luthier. Un second modèle de guitare (à cordes nylon) voit le jour en 2010.MH&Co. Avec son dernier album, paru en 2010 et simplement intitulé Michel Haumont &Co., Michel mêle des morceaux enregistrés en solo et des duos de guitare qui lui tenaient à cœur depuis longtemps. En tournée, les rencontres sont multiples, les occasions de jouer ensemble nombreuses. Cet opus permet enfin d’accéder à ces dialogues exceptionnels où le langage des cordes devient universel… Réalisé en Allemagne et produit par le fameux guitariste allemand Peter Finger, cet album rassemble quelques uns des plus grands noms de la guitare aujourd’hui, Jack Ada, Dan Ar Braz, Pierre Bensusan, Roland Dyens, Peter Finger, Manu Galvin, Jean Felix Lalanne, Solorazaf et Jacques Stotzem. Comme s’il avait fallu conserver une trace musicale de ce que Michel confesse souvent,«avec la maturité vient le temps où l’on peut jouer ce que l’on a envie d’entendre…

 

Huang Chia-Wei

Comptant parmi les rares guitaristes Folk-Picking venant de Chine, Huang Chia-Wei maitrise le style à la perfection. Très influencé par Marcel Dadi, Michel Hamont, Chet Atkins ou encore Tommy Emmanuel, il sera en tournée en Europe cet Automne avec un unique date en France le 25 Octobre.  

Adamas

Vitaly Makukin - Samedi 25 Octobre 2014 - 21 H - Espace Magnan

Adamas

Adamas

Patrick Rondat - Jeudi 23 Octobre - 21 h - Black Box

Adamas

Nono - Jeudi 23 Octobre - 21 h - Black Box

Adamas

Jean-Claude Rapin - Jeudi 23 Octobre - 21 h - Black Box

Adamas

Huang Chia-wei - Samedi 24 Octobre - 21 h - Espace Magnan

Adamas

Michel Haumont - Samedi 25 Octobre - 21 h - Espace Magnan

Adamas

John Renbourn & Wizz Jones - Vendredi 24 Octobre - 21 h - Espace Magnan

Adamas

FaceBook