Bienvenue sur notre site web

Bienvenue sur notre site web - Adamas

Adamas présente

14ème FESTIVAL DE GUITARE

NICE – du 23 au 26 Octobre 2013 – 21 H

Salle Grappelli (Cédac de Cimiez) 

 

Mike Stern

Little Bob Blues Bastards      

Eric Sardinas & Big Motor     

Laura Riz & Botos Family

Gareth Pearson

 

www.blues-guitare.com 

Facebook : festival de guitare de nice 

 

 

Mercredi 23 octobre  21 h

Guitare Blues

Eric Sardinas & Big Motor     

 

Jeudi 24 octobre  21 h

Guitare Jazz-Rock

Mike Stern      

 

Vendredi 25 octobre  21 h

Soirée Rock

Little Bob Blues Bastards      

               

Samedi 26 octobre  21 h

Guitare Manouche

Laura Riz & Botos Family

Gareth Pearson

 

 

Renseignements : 06 17 69 33 89  - Tarifs : 16 Euros sauf  le 24 : 20 Euros

 

 

Billetterie : Billets en vente : Fnac, Carrefour, Géant, Système U, Intermarché www.fnac.comwww.carrefour.frwww.francebillet.com - Auchan – E. Leclerc - Galfa (Cap 3000) - www.ticketnet.fr - www.digitick.com - www.lecridelamarmotte.com - Hit Import– sur place dés 16 h

 

Biographies

 

Mercredi 23 octobre  21 h

Guitare Blues

Eric Sardinas & Big Motor

La première passion de Eric SARDINAS était le Blues Delta. Ainsi, à l'âge

de six ans il commence à jouer de la guitare, influencé par les grands

noms du Blues, comme Barbecue Bob,Charley PATTON, Bukka

WHITE,Elmore JAMES, Muddy WATERS ou encore Big Bill BROONZY.

Gaucher à la naissance, il apprend la guitare comme un droitier, ce qui

va définir ce son inimitable qu'on lui connaît aujourd'hui.

Il se concentre alors exclusivement sur l'apprentissage de la slide guitare,

utilisant desDobros qu'ils affectionnent et travaillant sur la base de vieux

blues auxquels il intègre déjà des sons puissants et plus modernes.

Après s'être déplacé à travers tous les Etats-Unis, il s'installe en 1990 à

Los Angeles, et pour gagner sa vie joue de la guitare accoustique à tous

les coins de rue. Sa rencontre avec Paul LORANGER, bassiste, est

décisive, car celui-ci est capable de jouer un Blues-rock électrique et

puissant, qui convient parfaitement au jeu de Eric SARDINAS.

Deux ans plus tard, nos deux artistes rencontrent le batteur Scott

PALACIOS, qui se joint alors à eux pour partir en tournée à travers tout le

pays. Avec plus de trois cents concerts réalisés annuellement, le Eric

SARDINAS Project va pendant environ six ans, acquérir ainsi une

technicité, un professionnalisme et surtout une certaine notoriété.

Remarqué par le label Evidence, en la personne de Dick SHURMAN (un

découvreur de talent), Eric SARDINAS sort son premier album en 1999.

Intitulé "Treat Me Right", cet album reçoit un accueil chaleureux de la part

du public et de la presse spécialisée qui ne tarit pas d'éloge sur le jeu et la

technique de Eric SARDINAS.

Continuant à se produire à travers le monde (Europe, Australie, Asie et

Etats-Unis), Eric SARDINAS sort son 8 eme album" Devil's Train", en août

2001. Cet album, aux enjeux musicaux beaucoup plus ambitieux, coproduit

par lui-même, contient onze titres originaux où il démontre sa

capacité à concilier la tradition duBlues aux sons électriques actuels. Ce

disque réconcillie superbement, le Blues du delta, le style R&B de Chicago,

le boogie de la Motor City et leSouthern Rock.

Eric SARDINAS ne le cache pas, même si ses influences contemporaines

sont HENDRIX, PAGE et CLAPTON, son respect pour les racines

du Blues l'oblige à conserver dans ses compositions, l'essence originelle

de cette musique.

En 2003, son troisième album, "Black Pearls", comporte douze titres

originaux, qui permettent à Eric SARDINAS d'explorer d'autres facettes de

son jeu.

Reconnu aujourd'hui comme l'un des meilleurs guitaristes américains,

Eric SARDINAS continue de nous livrer ce son si spécifique de la Dobro,

alliant puissance et modernité, mais toujours fidèle aux origines du Blues.

       

 

Jeudi 24 octobre  21 h

Guitare Jazz-Rock

Mike Stern      

Mike Stern est né à Boston (USA) le 10 janvier 1953. Bercé par B.B. King, Buddy Guy, Jimi Hendrix et autre Clapton, il débute la guitare dès l’âge de 12 ans. Adolescent, il étudiera à la Berklee College Of Music (1971) où il se met très sérieusement au jazz et parfait sa culture musicale, dévorant les discographies de Miles Davis, Coltrane ou encore Bill Evans. Niveau musique, Mike est d’ailleurs d’autant plus gâté que pour ses cours il aura pour professeur un certain Pat Metheny. Mike apprend alors beaucoup en étudiant la technique des "anciens", Wes Montgomery et Jim Hall.

1976 : sur les conseils de son professeur, M. Metheny, Mike rejoint le groupe "Blood, Sweat And Tears" sur scène… Essai concluant puisque l’aventure durera deux ans, au travers de deux albums: "More Than Ever" et "Brand New Day". Ce concert n’est pas anodin. A cette occasion, Stern fait la rencontre de deux personnes qui compteront énormément par la suite : son futur "éternel" percussionniste, Don Alias, mais aussi le bassiste Jaco Pastorius.

Après cette parenthèse, Mike rentre à Boston et étudie la guitare chez lui sous les conseils du gourou jazz Charlie Banacos. Tout s’accélère alors. En 1979, Mike rejoint le groupe de fusion de Billy Cobham avant de se faire embaucher dès 1981 par Miles Davis. C’est ainsi qu’il retrouve les feux de la rampe le 27 juin 1981 au "Kix nightclub" à Boston. C’est ce concert qui donnera naissance à l’album "We Want Miles". Pendant les deux ans qu’il passera auprès du Maître, il enregistrera aussi "Man With The Horn" et "Star People". C’est aussi à cette époque qu’il côtoie John Scofield qu’il retrouvera quelques années plus tard. L’après Miles le mènera vers une ancienne connaissance : Jaco Pastorius (1983-1984). Deux ans de vie musicale commune. Et re-Miles pour un an!

 

En 1986, Stern suit David Sanborn en tournée et rejoint le groupe "Steps Ahead" où il se lie d’amitié avec le saxophoniste Michael Brecker. La même année paraît son premier album solo sur le label Atlantic: "Upside Downside". Pour un début, Stern peut s’enorgueillir d’avoir une belle brochette d’invités, dont Jaco Pastorius, pour ne citer que. Pourtant, durant deux ans, c’est au sein du quintette de Michael Brecker qu’il joue les invités. De leur collaboration naît "Don't Try This At Home".

 

Stern repart alors en solo et enchaîne les albums : "Time In Place" (1988) et "Jigsaw" (1989). En 1989 toujours, il part en tournée avec Bob Berg, Dennis Chambers et Lincoln Goines. La collaboration se prolongera jusqu’à l’album "Odds Or Evens" (1992). De nouveau, il joue les invités : au sein d’un "Brecker Brothers Band" recomposé où, pendant deux ans (encore !) il jouera un rôle prépondérant dans le succès retrouvé.


La reconnaissance ne vient que dans les 90’s. "Standards (And Other Songs)" (1993) lui apporte de bonnes critiques et une nomination de meilleur guitariste jazz de l’année par les critiques et lecteurs du magazine "Guitar Player".

"Is What It Is" (1994) et "Between The Lines" (1996) confirment tout le bien qu’on pense de lui puisqu’il est nominé plusieurs fois aux Grammy Awards. Avec "Give And Take" (1997), Stern continue son bonhomme de chemin et revient à un jazz plus pur et swing qui lui vaudra de gagner le Prix "Orville W. Gibson" de meilleur guitariste de jazz. De mieux en mieux, "Play" est un grand moment de guitare jazz avec la présence d’invités de marque : John Scofield et Bill Frisell, les deux guitaristes préférés de Stern...

En 15 ans de carrière, Stern fait signe d’une ouverture d’esprit qui lui permet de jongler aisément entre un style rock, à l’occasion hendrixien dans ses soli, et un jazz pur, à l’instar d’un Jim Hall. Comme il le dit, Mike est un artiste profondément jazzman mais qui a grandi avec le blues, le rock et le funk… Considéré comme l’un des grands guitarists de jazz des 80’s/90’s, Mike Stern a désormais acquis ses lettres de noblesse, tant auprès de ses pairs que des critiques. Une valeur sûre du jazz-rock.

 

 

Vendredi 25 octobre  21 h

Soirée Rock

Little Bob Blues Bastards

Tout a commencé autour du grand port du nord de la France.
Un trou grisâtre, balayé par le vent, appelé Le Havre.

Tant visuellement qu'au niveau de l'esprit qui y règne, Le Havre est en France ce qui se rapproche le plus de Liverpool, Détroit ou Newark
(New Jersey) avec son lot de pétroliers, de raffineries, d'usines chimiques
ou automobiles, d'entrepôts, de dockers etc ...

C'est de là que vient LITTLE BOB, et pour ceux pour qui ces choses là ont
de l'importance, sachez que l'histoire de LITTLE BOB est parsemée
de tous les bons ingrédients du Rock 'N'Roll.

BOB en connaît plus que quiconque en matière de rues et bas fonds.
Cela fait un moment qu'il est sur le créneau, jouant dans les endroits les plus retirés, traçant la voie à mesure qu'il sillonnait le pays, tournant inlassablement comme si sa vie en dépendait.

Partout en Europe et surtout en Grande Bretagne (plus de 300 concerts), attirant à ses prestations les plus intraitables des rocks critiques
qui se fendirent d'articles dithyrambiques sur le "hurleur d'un mètre soixante pas plus" et son "Heavy R'n'B" blanc. Ou peut-être s'agissait-il
de "Hard Core Garage Pub Rock" ? Les hebdomadaires brittons
"New Musical Express", "Sound" et "Melody Maker" allèrent jusqu'à
le surnommer le "MC5" ou "Dr Feelgood" français.

LITTLE BOB est un des pionniers du Rock français, à ne pas confondre évidemment avec le Rock EN français. En effet, à ce jour, Bob chante toujours en anglais, et ce depuis l'époque où le simple fait de s'exprimer aussi était au minimum un gage de qualité, distinction et swing par rapport
à la variété française. Non pas que Bob n'aime pas la langue de Voltaire, mais il estime, en esthète de la musique qu'il aime, que c'est mieux ainsi !

LITTLE BOB voue un véritable culte à la façon de chanter des "vocalistes"
du Rock et du Blues, de Little Richard à Howling Wolf ou Eric Burdon,
qu'il a aujourd'hui rejoint dans le cercle des grands et, pour lui, brailler en anglais représente toujours un parti pris, un pacte délibéré, une révolte profonde contre les lois du "Show Biz" et les "quotas" des médias audiovisuels . Il sait évidemment que cela l'empêche de toucher et d'être suivi par un public plus important.

Avec sa voix qui hurle aux étoiles il chante le Rock et le Blues qui nous soulèvent la peau et tourmentent nos sens.

L'essentiel est là : une des plus belles voix du Rock qui balance comme personne des ballades poignantes et émouvantes, des Blues lancinants
et des Rocks torrides.

Avec le temps son Rock a évolué vers une musique plus profonde, plus basique, plus près des racines, certainement moins speed et moins "bruyante", mais toujours aussi puissante et envoûtante.

A l'image d'un Bruce Springsteen ou un Neil Young, LITTLE BOB met en pratique une "certaine idée" du Rock'n'Roll, il a cet ingrédient magique
qui fait la différence dans le coeur de ses fans : l'innocence, la ferveur, l'ingénuité et le pouvoir de l'émotion brute.

LITTLE BOB trouvera toujours des admirateurs spontanés partout dans le monde. Chaque concert et nouveau disque de Little Bob sont une bonne nouvelle, ne serait-ce que parce que, comme disent les sages, "chaque fois qu'un rêveur réalise son rêve, les autres rêveurs devraient le fêter".

       

               

Samedi 26 octobre  21 h

Guitare Manouche & Guitare Folk-picking

Laura Riz & Botos Family

 

Laura Riz : une fragilité gracieuse – une force intérieure – une voix charismatique 

Née à Budapest en Hongrie, Laura vit maintenant à Nice, en France.

Elle a commencé la musique et la danse à l'âge de 5 ans.

La voix est le don, le remède et la manifestation non dissimulée de

l'âme. 

Pour Laura c'est un grand plaisir d'utiliser sa voix avec maîtrise et

dans un large éventail de genres.

Son objectif est de profiter du goût des mots, de la caresse de

mélodies et de leurs pouvoirs  émotifs

pour toucher le public et faire vibrer son cœur.

Sa mission est d'éveiller et de préserver nos émotions et nos forces

intérieures à travers le temps et l'espace.

En acquérant et liant différentes dimensions à l'aide de la musique, 

elle aimerait nous rappeler que notre rôle premier dans la vie est de découvrir

et d'exprimer librement notre nature spirituelle initiale, à travers notre vie

sur Terre.

Ses nombreux albums peuvent être trouvés dans les catégories jazz,

latin ou musique du monde.En 2008,

l'album intitulé "Gypsy Woman" (Paradise Music) fruit d'une

collaboration avec avec Zsolt Botos, a remporté le prix COVR "Meilleur

album international de New Age".    

Zsolt Botos est issu d'une famille de guitaristes les plus connues en Hongrie :la famille Botos, qui comprend Zsolt Botos donc, Tibor Botos, et Tibor Botos Jr.

Tibor Botos collabore avec Laura Riz depuis 2006. 

Né à Rakamaz, village situé à l'est de la Hongrie, il déménage très jeune à Budapest pour rencontrer ses pairs musiciens, pour se faire connaître, et surtout pour enrichir sa culture musicale. 

Depuis les années 70, Tibor est l'un des guitaristes les plus connus de Hongrie, loué pour sa virtuosité technique, son oreille extraordinaire et la connaissance encyclopédique de son instrument.

Botos Tibor Jr est sorti gagnant de multiples concours, comme celui de International Classical Competitions, de Hungarian's got talent (1993) et du prix LIRA. 

Né à Budapest et citoyen de la capitale, il débute son apprentissage de la guitare à l'âge de 5 ans, à l'aide de son père, en attendant de pouvoir s'inscrire dans une école de musique. Plus tard, son talent extraordinaire lui permet de gagner la fameuse bourse de Music Academy of Vienna. Il acquiert par la suite une renommée internationale. Aujourd'hui, il enseigne avec plaisir et honneur la guitare à la Rajko Talentum Music School.

Zsolt Botos est un guitariste virtuose.

Né à Budapest, il vit actuellement à Nice (France). Petit dernier de la famille, il commence à pratiquer et à apprendre la musique seul, jusqu'à ce que son père remarque son potentiel et commence son enseignement. Zsolt rejoint rapidement, le niveau de ses maîtres, son père et son frère. Il fait ses premiers pas sur scène à l'âge de 11 ans, et joue professionnellement avec ses deux mentors.

C'est un musicien incroyable, connu pour sa maîtrise impressionnante de la guitare, la perfection de son jeu, qui lui permet aussi bien d'accompagner que d'être soliste. 

Pierre Marcus est un musicien de jazz et fan de la famille Botos.

Né à Fréjus (France), il s'installe à l'âge de 14 ans à Nice où il se découvre une passion pour la musique en s'exerçant sur une basse électrique.  Après plusieurs années passées à apprendre et à jouer en autodidacte, à développer une technique personnelle et son oreille musicale, il réussit le concours d'entrée au Conservatoire de Nice. Il a alors trouvé sa place dans la musique. Pierre est l'incarnation de la passion pour la cet art, et la preuve qu'il n'est pas nécessaire d'être né avec un instrument dans la main pour devenir un musicien accompli, et que patience et travail portent leurs fruits.

Aujourd'hui, en tant que contrebassiste connu à Nice et membre de plusieurs groupe de musique en tant que sideman, il accompagne depuis peu Laura Riz et la famille Botos, s'adaptant rapidement à ces musiciens de talent.

 

Gareth Pearson

C’est en 2002 quand il visionne une vidéo du guitariste Tommy Emmanuel que le jeune Gareth Pearson, originaire de Cwmbran, South Wales au Royaume-Uni, réveille son goût pour la guitare.

Il découvre par la même occasion Chet Atkins et se voit projeté en Mai 2003, sur la scène du Islwyn Guitar Club, dont faisait partie son père, en première partie du principal invité, Bob Evans.

Gareth rencontre finalement son idole Tommy Emmanuel deux ans plus tard, ce dernier lui demandant de jouer pour lui, ne se privant pas de lui délivrer quelques conseils.

Quelques moi après, il est contacté pour faire l’ouverture des concerts de Tommy Emmanuel et Johnny Dickinson à Cardiff.

Gareth est par la suite invité par Tommy au Chet Atkins Appreciation Society (CAAS) à Nashville où ils joueront ensemble devant le président de la société. La CAAS est un rassemblement de personne ayant un fort intérêt pour la musique et la carrière de Chet Atkins. Ils se réunissent chaque année pour recevoir et écouter des musiciens de qualité mais pas encore reconnus.

Depuis, Gareth joue dans des festivals de guitare mais aussi des concerts dont le dernier était en ouverture de Ray Davies à Cardiff.

Eric Sardinas

Eric Sardinas - Adamas

Mercredi 23 Octobre - 21 h

Mike Stern

Mike Stern - Adamas

Jeudi 24 Octobre - 21 h

Little Bob

Little Bob - Adamas

Vendredi 25 Octobre - 21 h

Gareth Pearson

Gareth Pearson - Adamas

Samedi 26 Octobre - 21 h

Laura Riz & the Botos Family Gipsy Band

Laura Riz & the Botos Family Gipsy Band - Adamas

Samedi 26 octobre - 21 h